Provencher Roy Provencher Roy
 

Pavillon d'accueil de l'Assemblée nationale du Québec

Québec / Canada

AMÉLIORATIONS DES INFRASTRUCTURES

Les installations de l’Assemblée nationale du Québec devenaient peu à peu désuètes et les lieux avaient besoin d’une revitalisation. Suite à la réforme parlementaire de 2009, de grands objectifs avaient été établis, notamment afin d’augmenter les séances de commissions parlementaires et de permettre aux citoyens, de plus en plus nombreux à franchir ses portes, un plus grand accès à l’Assemblée nationale. Par ailleurs, les systèmes de sécurité n’étaient plus adaptés aux technologies actuelles et il devenait urgent de les actualiser en fonction du contexte mondial en matière de sécurité.

L’ajout d’un pavillon d’accueil devenait inévitable, mais il était également nécessaire de conserver l’hôtel du Parlement, un bâtiment historique conçu par Eugène-Étienne Taché, et de le laisser exposer aux regards. En effet, sa façade qui retrace l’histoire du Québec est une des rares au monde à être composée d’un narratif iconographique. La solution a donc été de créer un pavillon d’accueil souterrain et de le glisser sous les escaliers existants pour ensuite le relier à un édicule avec ascenseur, situé dans la cour intérieure, qui permet d’accéder aux étages supérieurs. Autour de cet édicule ont également été aménagés des espaces de soutien. L’ensemble des constructions aboutit en un agrandissement de 5 100 m2 et préserve entièrement le paysage patrimonial et la lecture de l’hôtel du Parlement.

Organisation du pavillon d’accueil
L’entrée du pavillon d’accueil invite le public à se rapprocher de la façade. Elle devient le point de départ d’une longue rampe qui organise les espaces du projet et dont le mur en bois est la continuité du narratif inscrit sur l’hôtel du Parlement, avec des images reprenant les grands thèmes de l’histoire, moderne cette fois-ci, du Québec. Au long de cette rampe sont distribués les espaces de sécurité, d’accueil, de service, de pédagogie et les salles de commissions. Ils s’articulent autour d’une agora publique qui sert d’espace central et qui symbolise l’origine des lieux.

Dominée par un oculus géant au travers duquel les visiteurs peuvent observer la tour centrale de l’Assemblée nationale, l’agora, avec sa volumétrie inspirée par le Pnyx de la Grèce antique, permet des échanges intersubjectifs qui renforcent le caractère démocratique de l’expérience. C’est également une référence à la première forme de démocratie. Avec ses pentes douces et ses courbes simples, l’agora contraste avec les autres lieux de l’Assemblée nationale et se positionne en tant qu’espace rassembleur où les limites entre groupes potentiels deviennent impossibles à percevoir. Ici, l’architecture est un réel outil de communication et joue un rôle important dans la conscientisation publique à la culture démocratique.