Avenue Honoré-Mercier – Ville De Québec

L’autoroute Dufferin-Montmorency, qui arrive jusqu’aux portes du Vieux-Québec, a été construite durant les années 70, à une époque où l’on accordait moins d’importance au patrimoine bâti qu’aujourd’hui. Trente ans plus tard, au début des années 2000, le besoin s’est fait sentir d’adoucir le tronçon final de l’autoroute et de le transformer en un boulevard urbain convivial et digne de Québec, désignée « Ville du patrimoine mondial » par l’UNESCO en 1985.

 

Pays

Canada

Ville

Québec

Année

2002

Les travaux de transformation de ce tronçon final de l’autoroute devaient donc éliminer la perception d’autoroute et projeter une nouvelle image, beaucoup plus urbaine et à l’échelle de la ville ancienne. Il s’agissait avant tout d’introduire diverses mesures de ralentissement de la circulation automobile, dont la réduction du nombre de voies, et de créer des aires piétonnières, terre-plein et des refuges pour piétons, animées un couvert végétal enrichi ainsi qu’un mobilier urbain et une signalisation conçus pour l’occasion. Enfin, la commande initiale prévoyait la présence d’œuvres d’art évoquant le riche passé culturel de Québec.

Ce travail, exécuté dans le cadre d’une étroite collaboration avec l’équipe d’architectes du paysage Williams, constitue une réponse originale à un problème complexe, faisant appel à des solutions techniques, mais avant tout historiques et culturelles, la Ville de Québec étant une ville à caractère maritime et militaire. Ainsi, les bollards évoquent les canons des Remparts de Québec alors que les girouettes réfèrent aux nombreux clochers de la ville. D’autoroute, l’avenue Honoré-Mercier est devenue une artère urbaine en harmonie avec l’histoire et la beauté des lieux.