Torche Officielle Des Jeux Olympiques De 1976

Contexte
En 1976, la ville de Montréal accueillait la XXIe édition des Jeux olympiques d’été. Comme lors des Jeux précédents, une torche olympique emblématique devait être conçue pour l’occasion, symbolisant le lien entre jeux antiques et jeux modernes, mais également représentative de la créativité de la ville hôte.

Défi
Outre un clin d’œil à la Grèce, le choix de l’huile d’olive comme carburant signifiait la possibilité d’obtenir une flamme orangée  beaucoup plus douce et photogénique que la flamme bleue du gaz butane utilisée à Munich, quatre ans auparavant. L’huile d’olive, cependant, n’était pas suffisamment volatile pour s’enflammer d’une torche à l’autre, lors des relais. Grâce à un travail de collaboration entre le designer et des ingénieurs chimistes de l’École polytechnique de Montréal, l’huile a été « dopée » de nitropropane et d’heptane, constituant ainsi un carburant conforme à l’effet souhaité.

Originalité
La torche olympique de 1976 était innovatrice à plusieurs égards. Sur le plan technique, elle consistait en un manche en aluminium de couleur rouge et en un fourneau ajouré en aluminium usiné, conçu en soufflerie, et fini avec une peinture noire au silicone, spécialement développée en laboratoire pour supporter une chaleur de 850°F. Sur le plan du concept, ses lignes très simples rappelaient la Grèce antique et les flambeaux de bois résineux coiffés d’un tortis de feuillage, imbibé de paraffine. Deux mille exemplaires furent fabriqués pour les Jeux de 1976. Par ailleurs, en 2015, lors de l’inauguration de la Maison olympique à Montréal, un exemplaire de la torche officielle, plaqué or 24K, devait être remis à M. Thomas Bach, récemment élu président du CIO, le Comité international olympique.

Pays

Canada

Ville

Montréal

Client

Régies des installations olympiques (RIO) de Montréal

Année

1976

Projets similaires